La rentrée théâtrale est contée par M. Dussolier

     Après une année de convalescence, André Dussolier remonte sur les planches pour jouer la pièce qui lui avait valu le Molière 2015 du meilleur comédien dans un spectacle de théâtre public. Novecento était déjà prévue pour la programmation 2016 du théâtre du rond-point, et avait donc été annulée pour mieux revenir et ouvrir la saison 2017/2018. L’écrivain Alessandro Baricco raconte dans ce monologue théâtral en 1994 l’histoire de Novecento, pianiste né sur un paquebot voguant entre l’Amérique et l’Europe, paquebot qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort. Le narrateur de cette histoire est le trompettiste du groupe, Tim Toney, fasciné par le pianiste qui ne mettra jamais pied à terre, et qui accompagnera ce dernier jusque dans ses derniers moments de vie.

   Tim Toney est fasciné par l’énorme paquebot devant lequel il se trouve, et réussi grâce aux quelques notes de jazz qu’il fait entendre à un membre de l’équipage à être engagé à bord. S’ouvre alors à lui une nouvelle vie sur les flots, où il faut réapprendre l’équilibre, le sens de l’orientation et surtout la distraction de passagers voguant entre deux continents. Très vite le trompettiste se prend d’admiration pour le pianiste du groupe, Novecento, et nous conte son histoire. Abandonné à la naissance par sa mère sur le piano du paquebot, un bébé est recueilli en 1900 par un membre de l’équipage et va grandir à bord avec un nom fabriqué de toutes pièces par son père de cœur : Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Pour s’occuper, le nourrisson devenu enfant s’entraîne sur le piano qui n’aura bientôt plus de secrets pour lui, jusqu’à devenir virtuose, précurseur du jazz qui connait ses premières ébauches aux états unis, et pianiste de l’orchestre du paquebot.

   André Dussolier arrive sur scène déjà habité par la musique ; dansant, sautillant et claquant des doigts, c’est en interprétant tous les personnages de cette histoire qu’il se transforme en conteur aux multiples visages. La musique rythme sa mise en scène, séquence l’histoire et se fond au discours, elle est un personnage à part entière de la pièce. Les quatre musiciens qui illustrent l’orchestre donnent de l’épaisseur au décor et à la chronologie, et le pianiste Elio Di Tanna brille par la maîtrise de son instrument, faisant parvenir aux oreilles du spectateur ce que pouvait rendre le génie de Novecento. L’aventure nous happe et l’on ne descend du paquebot qu’au noir final, en témoignent les applaudissements tintamarresques et la standing ovation quasi unanime. Difficile d’en dire plus, il faut y aller !

On se laisse entraîner avec plaisir tout au long de l’histoire, le temps passe sans se laisser sentir et la voix de Dussolier envoûte, le théâtre du rond-point signe une rentrée réussie, qui se prolongera au théâtre Montparnasse jusqu’au 3 Décembre prochain.

Novecento, d’après Novecento : Pianiste d’Alessandro Barrico, Adaptation et mise en scène : André Dussolier. Au théâtre du rond-point jusqu’au 01 Octobre 2017, et au théâtre Montparnasse du 06 Octobre au 03 Décembre 2017.

Réservation théâtre du rond-point au 01.44.95.98.21 ou en ligne http://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/novecento-3/#

Réservation théâtre Montparnasse au 01.43.22.77.74 ou en ligne http://www.theatremontparnasse.com/novecento/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s