Michalik prend de l’ampleur entre les murs

   Avec Intra Muros, Alexis Michalik a voulu partager son expérience du milieu carcéral. Ayant eu l’occasion d’aller débattre de cinéma avec des détenus, c’est avec une certaine frustration que le metteur en scène est sorti de cette rencontre, ressassant tout ce qu’il aurait voulu leur dire, tous les échanges qu’il aurait aimé avoir avec eux et qui n’ont pas eu lieu. C’est donc en imaginant ces dialogues et toutes sortes d’histoires autour qu’est née la pièce.

   Richard est un metteur en scène qui s’apprête à aller donner son premier cours de théâtre en maison centrale. Assisté par Jeanne, son ex-femme et ex muse sur scène, et encadré par Alice, l’assistante sociale jeune et peu expérimentée, il va devoir animer un atelier auquel seulement deux détenus daignent assister : Kévin et Ange. Le premier est jeune, avenant, presque oppressant, agité et sûr de lui, l’autre est plus vieux, calme, en retrait, taciturne. Les débuts du cours seront laborieux, ni Richard ni Jeanne n’arriveront à trouver l’exercice qui canalise et parle aux deux prisonniers, mais peu à peu les barrières vont tomber et ces derniers vont se livrer et donner bien plus au metteur en scène que ce qu’il espérait.

   Alexis Michalik montre une fois de plus qu’il a l’imaginaire en ébullition, le public va se retrouver plongé dans les vies de chaque protagoniste, et à l’instar du porteur d’Histoire ou du cercle des illusionnistes, tout va finir par s’entrelacer et se lier pour un dénouement que l’on n’attendait pas. Le rythme est toujours savamment étudié, les scènes s’enchaînent avec une grande fluidité et les acteurs ne font pas que jouer, ils exécutent une réelle chorégraphie étudiée à la seconde et au centimètre près, endossant chacun plusieurs rôles tout au long de la pièce. On retrouve également les codes principaux du metteur en scène, les portants sur scène auxquels les acteurs vont se changer entre deux scènes, les décors qui entrent et qui sortent en permanence, les acteurs qui placent le tout, tout est toujours en mouvement et en transparence. Petite nouveauté néanmoins, la présence sur scène du musicien Raphaël Carpentier, ainsi que de tout son équipement, qui sublime le tout, ce qui amène beaucoup de spontanéité et d’intensité.

   Il n’y a pas grand-chose à redire sur le travail de Michalik : il écrit, il joue, il met en scène, on ne peut que s’incliner face au visionnaire qu’il est, en accord avec son temps. Toujours à la recherche d’histoires à raconter, cherchant toujours à tuer l’ennui et à faire du théâtre un art résolument contemporain, on remarque même avec cette pièce que son écriture s’affine, que son travail mûrit et que sa patte s’affirme par rapport à Edmond, au Cercle des illusionnistes ou au Porteur d’histoires. Reste à saluer la prestation des acteurs, choisis avec goût, avec une mention toute particulière à Faycal Safi qui est bouleversant.

Intra Muros, Texte et mise en scène d’Alexis Michalik. Au Théâtre 13 jusqu’au 16 Avril 2017. Réservations au 01 45 88 62 22 ou sur internet http://www.theatre13.com/saison/demande-de-reservation?id=intra-muros

Publicités

5 commentaires

  1. Merci pour cette critique qui, même si elle reste dithyrambique, est sûrement plus objective que mes collègues de théâtre, groupies d’Alexis !! 🙂
    Tu sembles presque déçue de ce qu’offrait Edmond ?

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Élodie, j’aimerai vous inviter à la première de ma pièce « Ouragan Catégorie 5 », un drame durant l’ouragan Katrina. ça se passe à la Folie Théâtre ( paris 11 ) comment puis je entrer en contact avec vous ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s