Avec le cœur et la raison

  Avec un sujet d’actualité s’il en est, et qui s’ancre fortement d’une façon ou d’une autre dans tous ses textes, c’est au théâtre du rond-point que Kery James matérialise pour la première fois ses réflexions sur les planches. On connait le rappeur en colère, moralisateur et conquérant, mais avec lequel on ne sait pas sur quel pied danser. Si ses chansons prennent aux tripes et frappent fort, force est de constater qu’elles frôlent trop souvent la démagogie et qu’elles se contredisent parfois dans un même album. De quel(s) message(s) est-il vraiment porteur ? Comment se positionne Alix Mathurin par rapport à Kery James ? Quel regard porte-t-il vraiment sur son pays d’adoption et comment l’illustrer au théâtre sans devenir encore plus caricatural que dans ses chansons ?

« L’État est-il seul responsable de la situation actuelle des banlieues en France ? »

  La Finale du concours d’éloquence se dispute entre Soulaymaan Traore, interpreté par Kery James, Jeune noir issu des banlieues dites « sensibles », et Yann Jaraudière, interpreté par Yannick Landrein, jeune blanc qui illustre la jeunesse bobo et gauche caviar de la banlieue parisienne dorée. Deux avocats clichés et opposés se rencontrent et débattent du thème qui résonne le plus dans les textes du rappeur. Soulaymaan Traore répondra à la problématique par la négative, Yann Jaraudière par l’affirmative.

  Traore refuse de croire qu’il est une exception. Il porte un regard dur sur les jeunes de banlieues qui ne s’en sortent pas, qui cèdent à la « facilité » de la délinquance en pleurant dans les girons d’une république qui les oublie. Puisque lui s’en est sorti, avec la volonté et la force suffisante, tout le monde peut le faire. Chemin faisant il n’oublie pas d’adresser à son concurrent quelques piques bien senties en grossissant le trait du blondinet des beaux quartiers de Neuilly sur Seine qui ose donner son avis sur la situation des banlieues dans lesquelles il n’a jamais mis les pieds. C’est effectivement ce que beaucoup d’entre nous, en tant qu’électeurs, décrions et dénonçons chez certaines figures politiques.

  A l’inverse Yann Jaraudière nous fait une Valérie Giscard d’Estaing en rappelant à son pair que le monopole du cœur n’incombe pas à celui que la vie à mis à l’épreuve. S’il ne faut pas s’excuser d’être issu de l’immigration, d’être noir, d’être arabe ou de quelque autre communauté ou horizon quand on est Français, accordons à ceux qui ont toujours tout eu sans rien demander quelques intentions bienveillantes et humanistes sans les fustiger de bien-pensant ou  d’hypocrites. Jaraudière reprochera à Traoré d’oublier d’où il vient, à force de vouloir se fondre dans le moule. Il n’est plus noir mais devient un « black » pour s’écarter de ses racines et de ce que peut représenter sa couleur de peau dans l’inconscient collectif.

Pas de doute, le texte est bien de Kery James, on retrouve un patchwork des messages de ses chansons comme Lettre à la République, Constat Amer, Banlieusards, Racailles…Mais le problème reste justement le même, on se sait pas vraiment ou il se positionne entre Traoré et Jaraudière, puisque tout ce que disent les personnages, il le pense lui même. Il égrène ses idées sans vraiment les approfondir et laisse le public un peu sur sa faim avec cette question rhétorique

« Est-ce que les Français ont les dirigeants qu’ils méritent ?»

  À la croisée de belles phrases qui rappellent nos chers débats politiques télévisés, quelques beaux messages de tolérance et de solidarité arrivent aux oreilles d’un public qui se lève à la fin. La beauté de cette pièce réside aussi et surtout dans la mixité d’âge, d’origines, de milieux sociaux et de couleurs de peaux du public, le rappeur relève l’exploit avec une pièce qui sert foncièrement à quelque chose : unir.

A vif, de Kery James, avec Kery James et Yannik Landrein mis en scène par Jean Pierre Baro, représentations au théâtre du rond point terminées, mais en tournée, toutes les dates ci-dessous :

http://www.infoconcert.com/artiste/kery-james—a-vif-150121/concerts.html

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s