La mécanique du coeur

    Un jeune homme de dix-neuf ans se retrouve en état de mort cérébrale suite à un accident de la route. Quand la fatalité frappe une famille, comment en prendre le contrepied et que faire pour surmonter l’épreuve ? Il paraît que rien ne se perd ni se crée, mais que tout se transforme, alors, qu’en est-il si la mort crée de la vie, et que dans l’injustice on réussit à trouver une finalité ? Réparer les vivants, livre de Maylis de Kerangal, a été adapté et mis en scène par Emmanuel Noblet, qui par la même occasion performe un seul en scène dans la pièce du même titre. Avec des sujets aussi lourds que la mort cérébrale, la décision de débrancher un proche et celle du don d’organe qui arrive toujours trop tôt, il est difficile de voguer en restant juste, sans tomber dans le pathos.

 

   C’est avec beaucoup de poésie et de subtilité qu’Emmanuel Noblet déroule sous nos yeux l’histoire de Simon,  de ses parents et du corps médical qui gravitent autour de ce corps sans vie et de ses organes qui pourraient en sauver d’autres. Valsant d’un personnage à un autre, il nous fait comprendre leur vie intime, leur réflexion, leur manière de gérer l’épreuve et de l’aborder avec les autres protagonistes. Dans cet enchevêtrement de tristesse et d’espoir, on passe du rire aux larmes au gré des fluctuations de l’acteur. L’attention du spectateur est vampirisée du début à la fin, chacun s’imaginant à la place tantôt des parents tantôt des médecins, et chacun étant conscient que la perte d’un proche est une épreuve commune à tout un chacun, qu’elle ait déjà été vécue ou non.

   Le message fort est que le monde continue de tourner pour les autres quand il s’arrête pour nous, et que quand tout nous abandonne il est toujours possible pour l’être Humain d’être altruiste, mot que plus grand monde ne connaît s’il en est. Le don d’organe, bien qu’il puisse être vécu comme une agression par la personne qui démarre son deuil et une violation du corps du défunt, peut sauver les autres, ceux qui restent.

 

Réparer les vivants, livre de Maylis de Kerangal, adapté mis en scène et interpreté par Emmanuel Noblet, en tournée en france.

http://www.theatre-contemporain.net/spectacles/Reparer-les-vivants/lesdates/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s